top of page
bandeau_journal_texte.png

Edition
DECEMBRE 2022

ÉDITO

 

Tout le monde s’habille… Et, en principe, dans nos sociétés occi-dentales, chacun se préoccupe de la manière de se vêtir: genre, couleurs, matières, prix. Souvent, nos vête-ments sont liés à notre manière de nous présenter, de vivre ou encore reflètent le milieu social dans lequel on évolue...bien que, ces dernières années,on puisse observer une cer-taine unification: la majorité d’entre nous porte souvent jeans et baskets.

Vers l'édito

Le journal complet en ligne

QU'EST-CE QUE JE VAIS METTRE?

Qui ne s’est jamais posé cette question au moment de s’habiller le matin avant de vaquer à ses occupations quo-tidiennes. Avec le concours de Sabine Dröse-Rensch, habitante de notre quartier qui a effectué une grande partie de son parcours professionnel dans différents domaines du textile, nous vous proposons quelques réfle-xions sur ce qui influence le choix de nos habits, parfois de manière incon-sciente. Il s’agit un peu d’une boîte à outils où vous pourrez, selon vos valeurs et les choses qui vous sont importantes, faire des choix en toute connaissance de cause.

Vers l'article

REGARDS CROISES SUR LES VETEMENTS

Dialogues imaginés en fonction des tenues vestimentaires des enfants, selon les différents points de vue des parents, des enfants et des éducateurs-trices.

Vers l'article

Chaussures.JPG

© Aurore Paquier

Sabine.jpg
Costumes.JPG

© Aurore Paquier

DEFILE DE MODE A CLEMENCE

Nous collaborons depuis plus de 7 ans avec Magali Garayt de la Boutique «Pour Toi&Moi», afin d’organiser régu-lièrement des événements et ventes d’habits sur nos différents sites. Magali propose un large choix de vêtements aux résidents qui sont toujours en-chantés de découvrir les nouveaux modèles de ses collections. Elle nous partage son regard sur la mode chez les résidents qu’elle rencontre dans son quotidien.

Vers l'article

LES COSTUMES DE DANSE TRADITIONNELLE RWANDAISE

 

Pour projeter une image variée de notre thème, nous avons rencontré Béatrice Ntashamaje, cofondatrice et responsable du groupe de danse folklorique du Rwanda : Urunana. Ce groupe s’entraîne dans les locaux du centre socioculturel.

Vers l'article

DE FIL EN AIGUILLE L'AMOUR SE TISSE

Mme Francisca Bouza, cadette de six enfants, a quitté sa Galice natale alors même qu’elle n’était pas encore majeure. Son père, bien à regret de voir sa petite dernière quitter le pays, a malgré tout signé les autorisations nécessaires pour l’obtention d’un passeport qui lui permettrait de rejoindre son frère installé à Moutier (BE). «Si c’est ton destin...» a-t-il soupiré. Il ne pensait pas si bien dire. Interview réalisé grâce à la référente sociale des appartements protégés de Sébeil-lon, Rebecca Panaguzzi.

Vers l'article

A 6 ANS COMMENT CHOISIT-ON SES HABITS?

Nous avons rencontré 9 enfants dans la classe de 2P de Caroline Devallonné Dinbali et leur avons posé quelques questions sur leur manière de s’habiller le matin, leurs choix et leurs stratégies pour les atteindre. Auparavant, l’en-seignante avait préparé les garçons et les filles en discutant avec eux de ces questions et en leur offrant la pos-sibilité de s’exprimer aussi par le dessin. Florilège.

Vers l'article

DE LA SECONDE MAIN POUR CHACUN.E

Dans notre quartier, nous avons la chance de bénéficier d’une bou-tique de deuxième main gérée par Caritas. Ainsi, chacun et chacune peut s’habiller à moindre frais. Pour évoquer l’histoire, les raisons et la clientèle de ce magasin, nous avons rencontré Mme Claudia Magnin, remplaçante du gérant Marco Semeraro et coordinatrice bénévolat
boutiques et épiceries Caritas.


Vers l'article

LA FACE CACHEE DU VOILE

Dans une société occidentale qui a opté pour le «dévoilement», le voile est souvent réduit à un sujet de polémique, une source d’incompréhension. Le voile, est-il un symbole ou un bout de tissu? Quelle signification véhicule le voile? D’où vient-il? Pourquoi est-il porté ou non? A quoi sert-il? Au-delà des discussions émotionnelles, le voile a une histoire complexe qui remonte à l’Antiquité. Il a des significations multiples et n’est pas l’apanage exclusif de la religion musulmane ou de la femme. Aujourd’hui, il est devenu un moyen d’affirmer son identité.

Vers l'article

VETEMENTS RETROUVEREZ-VOUS LE CHEMIN DE CHEZ VOUS?

L’équipe d’animation est partie à la rencontre de différent.e.s utilisateurs et utilisatrices du Centre sociocultu-rel pour tenter de comprendre comment chacun.e gère les habits qui ont perdu leur propriétaire. En raison de nombreux groupes et individus qui utilisent les différents espaces du Centre et de la Grande salle, nous nous sommes limités à cinq rencontres.
 
Vers l'article

L'AUTOMNE S'HABILLE DE LUMIERE

C’est devenu une tradition main-tenant! Au passage à l’heure d’hiver, dimanche 30 octobre dernier, les percussions fabriquées-maison, frap-pées, grattées, secouées, ainsi que les slogans enjoués entonnés par les enfants du quartier ont entraîné un cortège de plus de 250 personnes de la place de la Coop à la Valencienne.

Vers l'article

magali déf.jpg
Bea ntashamaje.jpg
robe bouza nb.jpg
dessin elshama.jpg
boutique caritas.JPG

© Gérald Progin

2 filles mode.png
habits trouvés.jpg
4 enfants.jpg

© Françoise Duvoisin

LES FILLES AUX BAS DE NYLON, AU CHEMIN DE RECORDON

C’est en 1934 que Jules Rime, mercier à Lausanne depuis 1922, a créé son atelier de bonneterie dans notre quartier. Sous cette appel-lation, on désignait alors la fabri-cation et la commercialisation d’ar-ticles d’habillement en maille, tout particulièrement des chaussettes, des bas et de la lingerie, en laine, coton ou fil de soie.

Vers l'article

emballeuse .png

© Archives lausannoises

© Josua Hotz

AGENDA

COMITÉ DE RÉDACTION

Vers l'article

Repair café.jpg

© Gérald Progin

bottom of page